fbpx
Sélectionner une page

Les réseaux sociaux évoluent vite. Mais certaines règles restent.

Voici un article sous la forme d’un VRAI✅/FAUX🚫 remettant en question quelques idées reçues en matière de community management.

#1 Il y a des créneaux à privilégier pour partager sur les réseaux sociaux

✅VRAI et 🚫FAUX. Le samedi entre telle ou telle heure, le jeudi après 18h… Bla bla… Bref. Diffuser quand vous avez une info ! Pourquoi attendre ? Soyons honnête, à un moment si tout le monde publie le jeudi à 18h30, les places pour être visible seront plus chères. Pour cela, soyez à contre-courant des pratiques et testez. 

💡 J’explique ici comment des publications nocturnes peuvent générer d’excellent taux d’engagement. Pourquoi ? Parce que les réseaux sociaux ne s’arrêtent jamais et la fraicheur de certaines publications, à des moments où la concurrence est moins forte, peut vous conférer une visibilité surprenante. Essayez !

#2 Publier des posts à intervalles très court dégradent votre reach

🚫FAUX. Par intervalle très court j’entends (par exemple) deux publications en moins de trente minutes. Si votre page est engageante, vous n’avez aucun souci à vous faire. En fonction de l’actualité et de VOTRE actualité, il est à tout à fait possible de partager des informations, si, et seulement si, ces dernières sont pertinentes. Ne vous privez pas de partager à intervalles très courts lors de vos temps forts et espacez vos prises de parole lors de vos temps creux.

✅SEMI-VRAI. Mea Culpa, si votre page est peu engageante, privilégiez une prise de parole plus maitrisée.

✅SEMI-VRAI. Le reach est un semi-indicateur. Ce n’est pas le nombre de personnes atteintes par vos publications qui importent, mais plutôt la qualité de cette audience.

#3 Le site web est mort, je peux me contenter aujourd’hui d’une page Facebook

✅VRAI et 🚫FAUX. Il faut garder en tête que vos comptes sociaux, par définition, appartiennent aux plateformes sociales (comme tous les contenus que vous diffusez d’ailleurs). Alors que votre site web, LUI, vous appartient ! C’est bien là toute la différence.

Autrement dit, choisissez d’investir sur quelque chose qui vous appartient plutôt que d’être soumis aux algorithmes des plateformes qui peuvent réduire votre visibilité d’un mois à l’autre.

⚠️ Récemment la marque LUSH a fait le choix de quitter les réseaux sociaux. La marque souhaite continuer à exister mais plutôt à travers l’influence marketing et les contenus générés par les utilisateurs. 

#4 Le lien sur Facebook est mort

🚫FAUX. Contrairement aux nombreuses idées reçues les posts liens se portent bien sur les réseaux sociaux. Mais pour les réussir, cela réclame deux exigences :

  • Des connaissances en marketing éditorial : savoir titrer, illustrer sur les réseaux sociaux notamment ; ainsi que de respecter un ton éditorial conforme à l’image que vous souhaitez véhiculer
  • Des connaissances techniques : car il faut rendre votre url partageable. De nombreux facteurs influent sur la performance de votre url sur les réseaux sociaux comme le temps de chargement et/ou l’optimisation des balises OG

De plus, Facebook peut être un levier d’audience intéressant pour votre site web. Ne le négligez pas. D’autant que cette audience peut être un réel atout dans votre stratégie marketing grâce au pixel Facebook qui permet de cibler vos futurs clients grâce à la publicité Facebook.

Lire aussi : Si votre publication Facebook ne fonctionne pas, c’est peut-être pour l’une de ces raisons 

#5 Sur les réseaux sociaux, il n’y a que la vidéo qui compte

🚫FAUX. En toute transparence, quand la vidéo est arrivée sur Facebook, les représentants du réseau social ont reconnu que l’algorithme mettait plus en valeur les vidéos au détriment des posts liens. C’était en 2017 et c’était une manière de Facebook d’encourager les éditeurs à produire ce type de format (Facebook a même payé des médias pour en produire).

Toutefois, Facebook est revenu sur ce choix en 2018 et assure aujourd’hui ne pas mettre davantage en avant les vidéos par rapport aux liens.

Ce qui est ✅VRAI toutefois, c’est que la vidéo, statistiquement parlant, reste le format le plus engageant sur les réseaux sociaux, mais ça ne signifie pas qu’il faut abandonner les posts liens.

#6 Quand un post sous-performe, cela implique la performance du post suivant

🚫FAUX. La légende raconte qu’un bon post à un instant T assure des performances similaires, voire plus, pour le post suivant. Que neni. 

Ce qui était ✅VRAI il y a quelques années, c’était qu’un bon post assurait davantage de visibilité, et donc un gain de fans non-négligeables. La concurrence était aussi moins forte.

#7 Les marronniers c’est bien, mais si tout le monde le fait ça n’a plus de sens

✅VRAI (enfin là, c’est plus un point de vue perso). Les marronniers sont autant d’occasions de prendre la parole sur les réseaux sociaux. Mais si on considère aujourd’hui que la périodicité n’existe plus sur les réseaux sociaux, alors cette stratégie éditoriale semble dépassée. 

Par exemple, les réseaux sociaux pullulent de jeux concours établis selon des calendriers éditoriaux que tout le monde a. Si tout le monde fait la même chose, ça risque d’être difficile de se démarquer, pas vrai ?

Reste que les « Joyeux Noël » et les « Bonne année » sont encore acceptés 🙂

#8 Le nombre de réactions est un indicateur pertinent

✅VRAI et 🚫FAUX (surtout 🚫FAUX). En soi, être sur Facebook pour uniquement obtenir des réactions n’a pas réellement de sens. Ce qu’il faut avoir en tête c’est à quoi vous sert cet engagement. (Vous me direz, suffit de poster un gif de chat et le tour est joué, voilà).

Avec l’algorithme actuel de Facebook, les likes ont moins de valeur que les commentaires ou les partages. Il apparaît donc plus judicieux de mesurer les interactions dans leur ensemble.

#9 Quand vous publiez, vous ne touchez QUE vos fans

🚫FAUX. Depuis des mois, Facebook tend à faire disparaître cette notion de fans. Si bien qu’une personne peut voir une publication sans être fan de la page. Cela peut se faire par le biais d’un ami proche qui aura commenté ou partagé la publication.

Exemple ici avec une publication : on peut constater que la publication a touché près de 60% de non-fans.

#10 Sur Facebook, il ne faut parler QUE de soi

🚫 FAUX ou en tout cas si vous le faîtes, il faut que ce soit dissimulé.

Le narcissisme a ces limites et c’est bien une règle immuable aux réseaux sociaux. Les internautes détestent quand vous vous mettez en avant. Pour cela, il faut savoir trouver le juste équilibre entre post promotionnel et post orienté infotainement. Ne perdez pas de vue que les internautes pour s’informer et se divertir. Ce juste dosage ne s’acquiert qu’en pratiquant.

#11 Le fan est un indicateur pertinent (ce n’est pas la taille qui compte – épisode 1/2)

✅VRAI. Mieux avoir une page de 10 000 fans engageantes qu’une page de 100 000 fans avec peu d’engagement. Rien ne sert donc d’envier votre concurrent qui a 3 fois plus de fans que vous. La qualité de votre communauté dépend de ce que vous en faite.

💡 Par expérience, le nombre de fans me sert uniquement pour mesurer la SANTÉ des pages que je gère, car selon moi, une page qui ne gagne pas de fans, n’est pas une page en forme. Mais cela reste un indicateur informel qui ne mérite pas sa place sur un tableau de bord.

#12 Volume ne rime pas avec performance (ce n’est pas la taille qui compte – épisode 2/2)

✅VRAI. Sur les réseaux sociaux, il peut être très facile d’avoir un volume de portée élevée. Mais toutes les personnes touchées ne sont pas forcément vos clients ou vos futurs clients.

L’essentiel est de parler aux bonnes personnes. Mieux vaut donc 100 prospects qualifiés, que 1000 prospects qui ne liront pas votre newsletter. Pensez EN-GA-GEMENT !

✉ LA NEWSLETTER

 

👍Deux fois par mois, j'y parle médias, tendances, nouveaux formats éditoriaux, stratégie éditoriale et marketing, et d'autres sujets encore.

 

À très bientôt !

 

Merci, à très bientôt !