fbpx
Sélectionner une page

Le format des stories s’impose en 2019 comme LE format à la mode dans le petit monde des réseaux sociaux, si bien qu’elles ne passent plus inaperçues sur les plateformes sociales. Après Snapchat, ce sont Instagram, WhatsApp, Messenger et Facebook qui s’y sont attelés pour proposer une nouvelle expérience mobile pour les socionautes.

Débarqué sur Instagram en août 2016 et fortement inspiré par Snapchat, le format a depuis largement supplanté les formats classiques des réseaux sociaux.

Aujourd’hui, la consommation de stories se réparti sur 4 plateformes principales. Les produits Facebook (WhatsApp, Instagram et Messenger) trustent largement la tête du classement devant un Snapchat en perte de vitesse. On n’ose imaginer la puissance de ces trois plateformes cumulées si Facebook décide de fusionner un jour ces trois plateformes.

Par ailleurs, ces nouveaux formats, ces nouveaux modèles et la pléthore de fonctionnalités qui vont avec imposent un défi de taille aux spécialistes du marketing sur les réseaux sociaux, conscient d’ajuster en permanence les pratiques au fil des tendances qui émergent. Le rythme peut paraître difficile à suivre dans des organisations peu agiles.

Chart Facebook's Apps Dominate Social Media Stories Statista - Google Chrome

Facebook domine la consommation des stories sur les différentes plateformes sociales.

Derrière ces stories, on retrouve les arguments qui ont vu les newsletters sortir des greniers des médias : la story comme la newsletter crée une relation de proximité avec l’internaute, tout en évitant le « bruit » qui agite les réseaux sociaux.

Les stories signent la fin d’un modèle traditionnel

Ce format crée un défi de taille dans le paysage social média des médias, là où l’hégémonie Facebook est encore hyper présente. La plateforme phare de Mark Zuckerberg reste génératrice d’une audience importante pour les sites web des médias.

Cela dit, les stories ont de sérieux atouts et risquent fort de faire de l’ombre au modèle traditionnel de Facebook et Twitter. En effet, ce nouveau format augure la fin du modèle social média traditionnel qui était jusqu’à présent centré autour du partage. Ce modèle faisait l’ADN de Facebook et de Twitter, il est aujourd’hui compromis.

Nous basculons en effet doucement vers un modèle emparé par les stories et où le partage est complexe, voire impossible. Cela signifie que demain pour obtenir de la visibilité sur les réseaux sociaux, les médias devront proposer une information orientée autour de l’engagement, l’interactivité et l’écoute de son audience.

Lire aussi : Tour du monde des pratiques des médias sur le format des stories

La combinaison parfaite des réseaux sociaux

Les stories sont la combinaison ultime de ce qui se fait de mieux en matière de plateformes sociales. Tout ce qui était difficile à faire sur Facebook et Twitter est rendu possible sur les nouvelles plateformes sociales aux accents « mobile » : capacité à créer un compte à rebours, poser des questions (et obtenir des réponses), proposer des sondages, réaliser des vidéos, des directs, etc, tout est possible ou presque !

Autre atout : les stories sont pensés pour des expériences mobiles, et c’est là qu’elles puisent toutes leurs différences avec Facebook et Twitter, dont l’ambivalence pouvait créer parfois des expériences décevantes. Dorénavant, tout se fait depuis son smartphone, avec l’aide ou non d’applications pour rendre vos stories différenciantes auprès de votre audience.

Lire aussi : Les applications pour rendre vos stories exceptionnelles

Ces stories ont de multiples atout, elles :

  • Permettent de rentrer facilement en interactions avec son audience
  • Permettent de réaliser des vidéos de très bonnes qualité
  • Rendent la consommation active (et non plus passive comme une vidéo YouTube)
  • Permettent aux journalistes d’appréhender les codes de la nouvelle génération et les modes qui sont parfois difficiles à suivre
  • Permettent d’incarner le média
  • Permettent de mettre en valeur l’identité du média à travers des nouveaux formats éditoriaux
  • Et j’en passe… !

Une réponse aux objectifs marketing

On le sait, les stories répondent aux objectifs marketing d’un média, qui vont aussi bien du développement de l’engagement à la création de valeur.

Des objectifs qui vont de :

  • La notoriété : je fais connaître ma marque/mon média au-delà des frontières
  • L’action : je fais agir mon audience autour de mon dispositif (redirection vers son site web, téléchargement de mon application ou partage de mes contenus)
ebook stories v3 - Google Chrome

Exemple d’une story de Vox qui invite à s’inscrire à une lettre d’information

  • L’affinité : mon audience contribue, s’engage et devient actrice de ma marque/média

Au delà, à l’instar de Facebook, l’audience active sur Instagram est réutilisable pour réaliser des campagnes publicitaires afin de rediriger les instagrammers vers son dispositif (site, application, newsletters). Instagram apparaît ainsi comme un énième « point de contact » avec son audience.